Journée du film hongrois

Date: 30 avril - 1 mai
Heure: 17:30
Lieu:  En ligne
Sur notre site web
Photo du film Körhinta (Un petit carrousel de fête) © Terez Schandl HNFA

Photo du film Körhinta (Un petit carrousel de fête) © Terez Schandl HNFA

Mot de passe : Hungarian_Film_Day
Attention, le film ne sera disponible que pendant 24h  ! 

Le 30 avril nous fêtons la journée du film hongrois. A cette occasion nous rendrons hommage à Mari Törőcsik, une légende qui nous a quittés récemment. Sa brillante performance dans le film Un petit carrousel de fête (présenté à Cannes en 1956) a attiré beaucoup d'attention en France :

« - Une dernière question, Monsieur le Président [...] Si une image du cinéma passe devant vos yeux, à l’instant, une image, ce serait laquelle ?
- Il y a un film [...] hongrois. C’était des gens qui dansaient. Cette image n’est pas sortie de mon esprit.
[...] Le film hongrois [...] date des années cinquante, et s'intitule Manège. »
(Christophe Barbier, Les derniers jours de François Mitterrand, 2007)


« la scène du bal, au mariage, une danse échevelée, tourbillonnante, qui rappelle étrangement le rythme affolant du carrousel, et contient cette fois-ci une violence latente prête à exploser, une violence qui est à la fois amour limpide et désir passionné de possession. »
(Claude B. Levenson, ibid.)


« à partir d'une histoire sans prétention, Fábri a réussi à recréer le monde, comme un musicien qui, à partir de quelques notes, écrit une symphonie. »
(Claude B. Levenson, Premier Plan, décembre 1956).


«Voici enfin, à toutes fins utiles mon palmarès personnel. Grand prix : Un petit carrousel de fête. Prix de la meilleure interprétation : Mari Töröcsik pour Un petit carrousel de fête. »
(François Truffaut, Arts, 16 mai 1956)


Avec la collaboration de l'Institut National du Film de la Hongrie

Un petit carrousel de fête (Manège/ Körhinta, 1955) réalisé par Zoltán Fábri

Dans la Hongrie rurale en transition vers la collectivisation, Mari Pataki et Máté Bíró sont deux jeunes gens amoureux. Mais le père de Mari décide de la marier à un homme plus mûr, avec qui il entretient des relations d’affaires. Zoltán Fábri signe ici un film humaniste où l'amour prime sur les valeurs paysannes liées à la terre : parviendra-t-il pour autant à triompher ?